Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2016

« Le malheureux homme offre à nos yeux le même tableau, et avec des couleurs cent fois plus choquantes et propres à jeter la désolation dans toutes les substances de l'esprit. »


« La vie divine pénètre les âmes, comme l'air pénètre tous les corps. Elle pénètre les âmes pour qu'elles puissent germer et produire des fleurs sans nombre, et dignes de parer le jardin d'Eden. Mais ces mêmes âmes, au lieu de remplir l'atmosphère de la douce odeur des aromates bienfaisantes, ne répandent dans la région de l'homme que les poisons les plus pénétrants et les plus fétides. Pleurons de honte et d'humiliation de nous trouver si loin de notre patrie ; de nous trouver continuellement serrés et déchirés par le cilice de l'iniquité. Le sang ruisselle de tous nos pores, et de peur que la douleur ne soit pas assez vive, nous tournons le glaive mutuellement dans nos plaies, et nous nous servons tous de bourreaux les uns aux autres. Amis, amis, bornons-nous à nous servir réciproquement de sacrificateurs, et efforçons-nous chacun de faire sortir de l'âme de nos frères, des victimes pures, qui puissent être présentées sur l'autel des holocaustes. »

(L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme, §30)