Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2019

« TU N’ES PAS ENCORE ASSEZ AVANCÉ POUR VERSER DES LARMES SUR TA MISÈRE … »

M03.png

 

« Toutes les influences que nous répandons autour de nous, sont-elles autre chose que des influences cadavéreuses ? Et y a-t-il sur la Terre un seul homme qui ne soit dans le cas d’offrir un ou plusieurs signes de cette importante réprobation ? Ô homme ! Si tu n’es pas encore assez avancé pour verser des larmes sur ta misère, au moins ne t’abuse pas jusqu’à la regarder comme un état de bonheur et de santé. Ne te laisse pas prendre à ces fascinations qui te séduisent.

Ne fais pas comme un enfant malade qui cesse de crier au bruit d’un hochet agité devant ses yeux et qui même alors offre un visage riant et tranquille (…) »

 

M04.png

« (…) comme si le mal qui le ronge n’était plus à redouter pour lui,

quand la vue de ce hochet a suspendu pour un temps ses douleurs. »

 

« Pour peu que tu fermes un instant les yeux sur ces illusions qui te distraient, le mal ne tardera pas à se faire sentir et, effrayé du danger qui te menace, tu reconnaîtras avec quel juste fondement la sagesse cherche à t’avertir de tes infirmités et à t’embraser du zèle de ta guérison. »

(Louis-Claude de Saint-Martin, Ecce homo, § 3.)


« †  (…) comme suis, tel tu seras † »

 

Les commentaires sont fermés.