Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2020

« QUE VOS RAMEAUX COUVRENT TOUTE SA TERRE, ET QU’ILS PORTENT LEURS TÊTES IMMORTELLES AU-DELÀ DU TEMPS ! » [*]

Dimanche des Rameaux, & commémoration de s. Vincent Ferrier (1350-1419)

PRIMERA-POLLINICA-1917-k5GF-U5013429848933RB-624x385@Diario Sur.jpg

« Objets mensongers, puissances illusoires, puissances destructives, en vain vous réunirez vos efforts contre le nouvel homme ; sa pensée croîtra malgré vous : sa vertu ne sera point sujette à décliner, et à se détruire, comme celle de tous les êtres composés ; elle suivra la ligne de l’infini. C’est quand notre pensée est descendue par le crime, qu’elle a rencontré les bornes. C’est là où la ligne de l’infini s’est trouvée rompue. Heureuses bornes de notre infortune ! Heureuse rupture ! Amour, c’est par là que tu as abrégé notre séjour dans l’abîme. Toutes les régions de l’univers ne sont-elles pas contigües ? L’arbre qui a le pied caché dans la terre, participe, par ses rameaux, à toutes les actions de l’atmosphère. »

jc.jpg

« La pensée de l’homme enseveli dans les ténèbres de son corps, pourquoi ne participerait-elle pas à toutes les actions de son atmosphère céleste ? »

 

05.04.png

« Tristes rejetons de la postérité humaine, vous êtes tous solidaires. »

 

« Les douleurs de vos frères ne sauraient vous être étrangères. S’ils sont dans l’atmosphère corrompue, leurs influences doivent se communiquer jusqu’à votre demeure ; et vous avez alors la double tâche de vous défendre de la corruption, et de poursuivre votre croissance.

Où sont ceux qui, du sein même de leur prison, ont obtenu de pouvoir purifier l’atmosphère, et rendre la santé à leurs frères ? Où sont ceux qui ont les yeux ouverts sur l’abîme, et que la prière y plonge pour en arracher le malheureux ?

Consolez-vous hommes de paix, vous n’êtes pas non plus séparés de ceux de vos frères qui habitent une atmosphère pure. »

(L.-C. de Saint-Martin, Le Nouvel Homme, § 55)


 

[*] (L.-C. de Saint-Martin, L’Homme de désir, chant. 105)

Les commentaires sont fermés.